• baisse prix immobilier

Devez-vous baisser votre prix de vente ?

Bien évaluer une propriété est probablement l’étape la plus difficile dans le processus de vente d’un bien immobilier.

Mettez un prix trop bas et vous vous demanderez toujours si vous n’avez pas vendu votre maison trop rapidement.

À l’inverse, mettez un prix trop haut et votre bien restera probablement pendant des mois et des mois sur le marché, jusqu’à ce que vous acceptiez de prendre la décision de baisser votre prix de vente.

Cette dernière erreur est la plus fréquente : les vendeurs ont généralement tendance à surévaluer leurs biens.

Ils font cette erreur parce qu’ils veulent obtenir le plus possible de leur bien et qu’ils y sont attachés. Au final, ils rendent le processus de vente très long pour finir par baisser leur prix de vente dans tous les cas.

Surévaluer un bien donne en réalité un avantage aux autres biens sur le marché !

Votre maison ou appartement ne peut pas faire face à la concurrence, et plus vous attendez pour effectuer votre baisse de prix, plus les acheteurs seront méfiants.

Dans tous les cas, n’attendez jamais plus de 90 jours en espérant que le marché immobilier va magiquement changer ou que l’acheteur parfait va arriver en ville la semaine prochaine.

L’immobilier ne fonctionne pas comme ça.

Donc que faire quand votre bien a été mis en vente depuis des mois et que vous commencez à paniquer ?

Voici les étapes à suivre pour remettre votre vente dans le droit chemin :

1. Déterminez la vraie valeur de votre bien

Demandez à votre agent une estimation immobilière détaillée, contenant des biens concurrents du secteur, vendus récemment ou actuellement en vente.

Si une première estimation avait été faite au moment où vous aviez signé le mandat de vente, demandez-en une nouvelle avec les biens récemment mis sur le marché pour faire une mise à jour.

Si vous vendez entre particuliers, faites attention aux outils d’estimation en ligne : les valeurs données peuvent énormément varier d’un outil à l’autre.

Pire encore, certains ont juste un prix au mètre carré par ville ou arrondissement et vont se contenter de multiplier votre surface par ce prix …

Je vous suggère donc de faire plusieurs estimations sur les leaders sérieux du secteur tels que LaCoteImmo, MeilleursAgents ou encore Efficity.
La moyenne de ces estimations devrait vous donner une idée fiable de ce que vaut votre bien.

2. Faites une baisse de prix intelligente

La dernière chose que vous souhaitez est d’avoir un historique de baisses de prix régulières, trouvable en ligne sur Castorus par exemple. Cela suggère que quel que soit votre prix de vente actuel, vous pouvez encore descendre.

La baisse de prix doit être suffisante pour qu’un nouveau groupe d’acheteurs soit attiré par l’annonce !

Quitte à décider de faire une baisse de prix, autant en faire une vraie.

3. Choisissez un prix stratégique

Les acheteurs ne regardent pas tous les biens situés dans un quartier. Ils recherchent par intervalles de prix et font uniquement attention aux biens qu’ils ont les moyens d’acheter.

Les moteurs de recherches des sites d’annonces procèdent de 2 principales manières :

  1. Par intervalle de prix, ex : https://www.leboncoin.fr/
  2. Par budget maximal, ex : http://www.seloger.com/

Dans tous les cas, visez un prix situé sous un seuil psychologique, susceptible d’être mis comme intervalle de prix maximal ou budget maximal.

Par exemple, mettez un prix de vente à 300 000 € au lieu de 305 000 € pour toucher tous les acheteurs qui cherchent avec un budget maximal de 300 000 €.

De plus, quand vous changez votre bien de prix, les acheteurs ayant créé des alertes mails recevront votre annonce si elle correspond désormais à leurs critères de prix.

Merci d’avoir lu ! Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager !

Date de mise à jour : 01/08/2018

Par |2018-08-01T17:20:02+00:002 février 2017|Vente immobilière|