Définition et calcul de la surface de plancher

Pour obtenir une autorisation d’urbanisme (permis de construire, déclaration préalable de travaux, permis d’aménager, etc.), vous devez calculer la surface de plancher de votre bien. Connue sous le nom de Surface Hors Œuvre Brute (SHOB) ou Surface Hors Œuvre Nette (SHON) jusqu’en 2012, la surface de plancher ne doit pas être confondue avec celle de la surface habitable. Son calcul, en outre, est assez complexe. Qu’est-ce que la surface de plancher, plus précisément ? Comment calculer la surface de plancher d’un bien ? Nous vous livrons quelques éléments de réponse sans plus tarder.

surface-plancher

Qu’est-ce que la surface de plancher ?

Dans le milieu de la construction, la surface de plancher correspond à la somme des surfaces closes et couvertes d’un logement d’une hauteur de plafond de plus de 1,80 mètre

La surface de plancher de votre logement détermine le type d’autorisation d’urbanisme dont vous aurez besoin pour édifier votre ouvrage (permis de construire, permis d’aménager, déclaration préalable de travaux, etc.) et la réglementation qui s’applique. À titre d’exemple, au-delà de 150 m2 de surface de plancher, vous êtes obligé de recourir à un architecte pour construire un bâtiment non agricole.

Comment calculer la surface de plancher ?

La surface de plancher d’une maison ne se chiffre pas de la même manière que la surface de plancher d’un immeuble collectif. Il existe, en effet, certaines différences dans les déductions à réaliser.

D’une manière générale, la surface de plancher d’une maison ou d’un appartement correspond à la somme des surfaces de tous les niveaux :

  • construites ;
  • closes ;
  • couvertes ;
  • d’une hauteur sous plafond supérieure à 1,80 m.

Elle se mesure à partir des plinthes et se chiffre après déduction des surfaces suivantes : 

  • l’épaisseur des murs intérieurs qui entourent les embrasures des portes et des fenêtres qui donnent sur l’extérieur ;
  • l’épaisseur des matériaux isolants ;
  • les espaces sous les escaliers (et éventuellement les ascenseurs) ;
  • les surfaces de plancher dont la hauteur sous plafond est inférieure ou égale à 1,80 m ;
  • les garages exclusivement dédiés au stationnement des véhicules ;
  • les surfaces de plancher des combles non aménageables.

Dans le cas des immeubles collectifs, il faut également déduire :

  • les surfaces de planchers des locaux techniques et des locaux de stockage des déchets ;
  • les surfaces de plancher des caves, des celliers ainsi que des annexes de logement dès lors qu’ils sont desservis par des parties communes.

Lire aussi : loi Carrez, calcul et définition

Quelles différences entre surface de plancher et habitable ?

Il est important de ne pas confondre surface de plancher et surface habitable. La surface habitable correspond à la surface réellement dédiée et disponible pour les occupants. Il s’agit de la surface de plancher construite moins les surfaces occupées par les murs, les cloisons, les marches d’escalier, les gaines ou encore les embrasures de portes et de fenêtres. En d’autres termes, la surface habitable correspond à la surface strictement habitable et aménageable d’un bien. Elle ne tient pas compte de la superficie des greniers, des combles non aménagés, des balcons, des terrasses ou encore des caves, par exemple. 

À l’inverse, la surface de plancher comprend l’ensemble des surfaces de tous les niveaux d’un bien, dès lors qu’elles sont construites, closes, couvertes et d’une hauteur sous plafond de plus de 1,80 m (cela exclut notamment les terrasses ainsi que les vérandas, par exemple). Elle ne prend pas en compte l’épaisseur des murs ou des matériaux isolants, et s’effectue à partir du nu intérieur des murs et des façades de construction du logement.

Tout savoir sur la surface habitable

Calcul surface m²

Quelles pièces sont exclues de la surface de plancher ?

La superficie totale de la surface de plancher doit exclure : 

  • les espaces dont la hauteur sous plafond est inférieure à 1,80 m ;
  • les escaliers et les ascenseurs ;
  • les greniers ou les combles non aménageables ;
  • les vérandas et les terrasses non couvertes ;
  • les surfaces occupées par l’épaisseur des murs, des portes et des fenêtres ;
  • les aires de stationnement couvertes ;
  • les locaux techniques et dédiés à la gestion des déchets ainsi que les caves lorsqu’il s’agit d’un immeuble collectif.

Toutes les autres pièces qui ne sont pas mentionnées dans la liste ci-dessus doivent entrer en compte dans le calcul de la surface de plancher du bien.

Calcul de la surface plancher : tout ce que vous devez savoir

Pour calculer la surface de plancher de votre logement, vous pouvez vous aider de la fiche d’aide disponible sur le site officiel de l’administration française.

Calculer la surface de plancher d’un logement permet de savoir quel type d’autorisation d’urbanisme est nécessaire (permis de construire, permis d’aménager, demande préalable de travaux) en cas de :

  • projet de construction neuve ;
  • agrandissement d’une construction existante ;
  • construction d’une annexe ou d’un abri de jardin.

Un abri de jardin doit être comptabilisé dans le calcul de la surface de plancher dès lors qu’il est clos, couvert et d’une hauteur sous plafond de plus de 1,80 m.

Retour haut de page