Les étapes indispensables pour un projet d’achat immobilier bien mené

Après de longues réflexions, vous êtes enfin prêt à devenir propriétaire ? Super nouvelle ! C’est un projet de longue haleine qui vous demandera beaucoup de patience mais la récompense à la clé en vaut largement tous les efforts. Et puis surtout, on est là pour vous accompagner. Pour fêter l’occasion, on vous a préparé un petit guide pour vous expliquer les étapes à suivre pour faire son achat immobilier dans les meilleures conditions :

 

1. Bien évaluer votre budget

Bien évaluer son budget est une étape essentielle pour bien mener son projet immobilier. C’est à partir de cette estimation que vous allez pouvoir définir la faisabilité de votre projet, définir vos critères de recherche et définir véritablement votre projet. Au-delà de ce que vous voulez acheter, l’évaluation du budget vous permet de savoir ce que vous pouvez acheter en revoyant vos critères à la hausse ou à la baisse.

L’évaluation de votre budget passe par deux critères essentiels : le montant de votre apport et votre capacité d’emprunt, qui dépend essentiellement de vos revenus. Vous pouvez utiliser un simulateur de crédit immobilier pour avoir une idée plus précise de votre capacité d’emprunt et des critères qui peuvent aider à l’améliorer. Comparez ensuite le résultat de la simulation aux prix du marché immobilier pour voir si cela correspond bien à votre projet !

 

2. Signer le compromis de vente

Après avoir bien établi votre budget, vous allez pouvoir partir à la recherche du bien idéal. Après quelques visites, vous trouvez enfin le bien qui correspond à vos attentes, et formulez une offre d’achat au vendeur. S’il l’accepte, vous allez pouvoir signer un compromis de vente, qui engage le vendeur et l’acquéreur à bien effectuer la vente. Le vendeur s’engage alors à vendre le bien tel qu’il a été présenté à l’acquéreur, tandis que ce dernier s’engage à l’acheter au prix indiqué dans son offre. Cela correspond à une réservation : vous versez au moment de la signature du compromis une indemnité d’immobilisation, qui correspond à 5 ou 10 % de la valeur du bien.

La signature du compromis est soumise à un délai de rétractation de 10 jours, pendant lequel vous pouvez vous rétracter de la vente sans aucune justification. Après ce délai, vous pourrez difficilement annuler l’achat, sauf si une condition suspensive se réalise (non-obtention du prêt ou du permis de construire).

 

3. Trouver le bon financement pour votre achat immobilier

Après la signature du compromis, vous avez généralement un délai de 3 mois avant la signature de l’acte de vente authentique. Ce délai vous permet alors de trouver le financement nécessaire à l’achat du bien, à moins que vous ne disposiez déjà des fonds. Vous allez donc devoir défendre votre projet auprès des banques afin d’obtenir un prêt immobilier pour votre projet d’achat et comparer les différentes offres de prêts proposés. Pour gagner du temps et de l’argent, vous avez également la possibilité de confier cette mission à un courtier immobilier tel que nos amis de chez Pretto. Il se chargera alors de trouver la meilleure offre de prêt et mènera toutes les négociations pour vous, moyennant des frais de courtage plus ou moins élevés selon si vous faites appel à un courtier en agence ou en ligne.

Attention cependant : bien que cette étape intervienne seulement maintenant, l’obtention du financement doit être anticipée bien en amont. Commencez à regrouper tous les documents nécessaires (bulletin de salaires, avis d’imposition…) à l’avance pour pouvoir effectuer votre demande de prêt immédiatement après avoir signé le compromis ! De même, commencez à optimiser votre gestion financière dès maintenant afin de pouvoir présenter un bon dossier aux banques, qui analyseront vos relevés de compte dans les moindres détails.

 

4. Obtenir l’accord de principe de la banque

Après avoir sélectionné l’offre de prêt qui vous correspond, vous allez constituer votre dossier en vue de son étude par la banque. Si votre dossier est validé, vous allez donc vous voir proposer un accord de principe, qui expose les principales caractéristiques du prêt : le montant, le taux, les conditions… Même si l’accord de principe montre que vous êtes sur la bonne voie, cela ne signifie pas que vous avez véritablement obtenu le prêt : il faut également obtenir l’aval de l’assurance et valider la garantie, le plus souvent via un organisme de caution.

 

5. Valider l’assurance et la garantie

Pour valider l’obtention de votre prêt, vous allez devoir faire valider votre situation auprès de l’assurance via un questionnaire médical. Ce questionnaire confidentiel permet de déterminer si votre état de santé compromet le remboursement du prêt ou non. Si votre situation est simple, cela ne sera qu’une simple formalité : vous pouvez même obtenir un accord instantané d’assurance si vous procédez à l’adhésion lors de votre rendez-vous de signature ! Ce sera ensuite au tour de la garantie d’analyser votre dossier pour s’assurer de votre solvabilité. Une fois que les deux organismes auront donné leur accord, vous pourrez enfin signer votre offre de prêt !

 

6. Signer l’offre de prêt

Une fois que les organismes d’assurance et de caution ont donné leur accord, la banque peut formuler son offre de prêt officielle. Elle vous adresse alors son offre par lettre recommandée. À compter de la date de réception du courrier, la loi vous impose un délai de réflexion obligatoire de 10 jours pour accepter l’offre. Profitez de ces 10 jours pour bien vérifier les conditions de l’offre ! À partir du 11ème jour, vous pouvez signer et renvoyer l’offre de prêt à la banque et finaliser ainsi la demande de prêt. Vous disposez ensuite de 4 mois pour finaliser la vente chez le notaire. Appelez-le dès que vous êtes sûr de signer l’offre de prêt afin de convenir d’un rendez-vous ! Les fonds ne seront véritablement débloqués que lorsque la date de signature de l’acte de vente authentique sera officielle, et seront directement versés sur le compte du notaire.

Notez que vous avez tout à fait le droit de refuser l’offre de la banque, notamment si vous en avez reçu d’autres de la part d’autres banques. Attention cependant : si vous refusez une offre de prêt et que vous n’avez pas d’autre financement, vous n’allez pas pouvoir faire jouer la condition suspensive de non-obtention du prêt. Le vendeur gardera alors l’intégralité de l’indemnité d’immobilisation en guise de dédommagement.

 

7. Finaliser la vente avec la signature de l’acte authentique

Le jour J est arrivé ! Vous allez enfin pouvoir finaliser votre achat immobilier en signant l’acte authentique de vente chez le notaire, en présence du vendeur. Le notaire vous informe alors des différentes conditions de l’acte de vente toutes les lois en vigueur et des suites juridiques qu’engendrerait un non-respect des engagements formulés dans l’acte de vente. Vous payez alors les frais de notaire, de garantie, ainsi que le montant restant de la valeur du bien.

Le vendeur vous remet alors officiellement les clés de votre futur chez vous. Félicitations, vous voilà propriétaire !

Achat immobilier